Paroisse Catholique des MUREAUX

Doyenné de Meulan, Diocèse de Versailles

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

LES 3 TENTATIONS DU CHRIST

Envoyer Imprimer PDF

« Arriere, Satan ! » (Matthieu 4,10)
Les 3 tentations du Christ
En ce premier dimanche de Carême, nous contemplons Jésus, poussé par l’Esprit-Saint au désert pour y être tenté par Satan et comment Jésus écarte Satan de sa route. Nous avons ici en Jésus la source et le sommet de tous les combats spirituels que l’homme est appelé à mener.


Dieu avait dit à Caïn le premier homme né de la relation d’Adam et Eve : « le péché est tapi à la porte de ton cœur, tu peux le dominer, domine-le ! »
Le cœur est le centre intime de l’être humain : le lieu des désirs et des décisions qui orientent notre vie vers le Bien ou le Mal. C’est là que Satan attaque : « à la porte », car il ne peut entrer dans notre cœur sauf si nous l’y invitons (« tu peux le dominer »).
A la différence de Caïn qui refuse de se laisser guider par la Parole de Dieu et laisse la jalousie entrer et dominer dans son cœur, Jésus repousse par 3 fois le tentateur avec la Parole de Dieu et animé par l’Esprit-Saint.
Satan essaie de détourner Jésus de sa mission en s’appuyant sur la faim de nourriture, de prodigieux et de pouvoir. Jésus, pour accomplir sa mission, sauver l’humanité, devra le faire en renonçant à être un magicien (faire des miracles pour résoudre les problèmes) à être un prodige (une sorte de super-héros que rien ne peut atteindre) à être un César (un général qui domine grâce à la puissance de ses armées).
Jésus fera des miracles mais se méfiera de l’attraction que cela provoquera chez les foules « vous me cherchez non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé des pains et avez été rassasiés » (Jean 6,26) Le miracle pour Jésus est un signe, une parole que Dieu adresse à l’homme et dont l’homme doit comprendre le sens et Jésus prévient que l’homme en détourne le sens pour satisfaire ses besoins primaires, égoïstes.
Jésus plutôt que de chercher à être épargné de la souffrance et de la mort par un prodige entre dans sa passion qui le conduira à la mort dans « les larmes de sang » (Luc 22, 42-44)et avec cette prière « Père éloigne de moi cette coupe ! mais non pas ce que je veux mais ce que tu veux ! »
Enfin Jésus refuse d’imposer le salut qui est de reconnaître et de confesser Jésus-Christ comme Maître et Seigneur par la force brutale mais par le don de sa vie pour tous fait par amour.
Viens Esprit-Saint, donne-nous la force du Christ !

 

Père Xavier