Paroisse Catholique des MUREAUX

Doyenné de Meulan, Diocèse de Versailles

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

Passion

Envoyer Imprimer PDF

L’Amour prend patience, l’Amour souffre. « Aimer fait mal » écrit mère Térésa, fort de son expérience d’une vie donnée aux plus démunis, au service de la Vie, de la conception à la fin de vie. Patience et souffrance sont deux caractéristiques de la passion.

Selon l’esprit du monde, la passion souvent rime avec mort : on tue par passion, on risque sa vie par passion. D’autre part, toujours selon l’esprit du monde, la passion peut rendre fou et s’oppose à la raison.

 

Souvent au pied de la Croix du Christ, on représente un crâne humain, signe à la fois de la mort et de la raison. C’est par Sa Passion que Jésus-Christ nous sauve de la mort et rappelle à la raison que la vie d’un homme n’a de sens que si elle est donnée par Amour à quelqu’un d’autre. Une vie s’accomplit dans la passion quand celle-ci est le signe d’un amour qui prend patience.

 

Ainsi la passion selon l’Esprit de Dieu ne s’oppose pas à la Raison. Le Seigneur nous révèle que la raison est au service de l’Amour, que la raison est un don de Dieu et doit être accueilli comme tel pour être pleinement ce qu’elle doit être : servir la Vie telle qu’elle nous est offerte par Dieu.

Il y a quelque chose de contradictoire aujourd’hui dans notre société et qui s’exprime dans les débats sur une loi qui encadrerait l’euthanasie, sur une loi qui permettrait la recherche sur des embryons humains, une loi qui permet déjà de décider que tel enfant, qui se révèle porter tel handicap avant la naissance, meurt. Ces lois sont contradictoires car elles semblent raisonnables et pourtant elles sont gouvernées par notre peur de souffrir, et donc par notre émotion. Elles sont contradictoires car elles semblent nier une vérité essentielle : l’Amour fait mal en ce monde. Or, aimer c’est vivre. Si la peur de la souffrance subie, non voulue, non prévue nous gouverne, alors nous passons à côté de la vie et nous servons la mort.

« La Vie est la vie, défends-la ! » écrit encore mère Térésa

Père Xavier