Paroisse Catholique des MUREAUX

Doyenné de Meulan, Diocèse de Versailles

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

« VERS UN AVENIR DE FRATERNITE ?

Envoyer Imprimer PDF

Un an après les attentats du 13 novembre, où en sommes-nous de la fraternité dans notre pays ? La peine est là, la peur aussi.

Les deux conjuguées provoquent colère et rejet. Cette colère et ce rejet sont ennemis de la fraternité, fraternité entre français et étranger, entre gens des cités et gens des pavillons, entre musulmans et non-musulmans, entre …

 

La fraternité a pour fondements la conviction que nous sommes liés les uns aux autres par une origine commune d’une part, et, d’autre part que nous sommes différents. Elle reste un défi permanent qui dit notre humanité ou non.

Abraham, le père des croyants, l’est devenu parce qu’il a accueilli trois étrangers sous sa tente, dans son campement et ces étrangers étaient Dieu.

Caïn, le premier enfant des hommes, perd son humanité quand il rejette son frère. Dieu l’interroge : « Où es ton frère ? » et cette question nous est toujours posée.

Jésus, notre Maître et Seigneur, reconnait comme « les plus petits de ses frères » : les malades, les prisonniers, les étrangers, les sans-vêtements, les affamés et les assoiffés et nous prévient que c’est sur l’accueil et le soin que nous leur aurons portés ou pas que nous serons jugés dignes d’entrer un jour dans le Royaume du Père.

Ce weekend, nous ferons mémoire des victimes des attentats du 13 novembre, nous prierons pour elles et implorons pour elles la Miséricorde du Seigneur, surtout pour celles qui n’ont pu se préparer à la Rencontre. Nous ne les oublions pas, elles font partie de notre humanité, de ce que nous sommes aujourd’hui. En faisant mémoire d’elles vivantes, nous apprenons à ne pas donner le dernier mot à la mort, à la peur.

Ce weekend, nous nous retrouverons à l’initiative des communautés musulmanes et chrétiennes de notre ville pour écouter des jeunes nous raconter comment ils prennent soin de leurs frères en détresse, des « plus petits » et qu’ils construisent un avenir de fraternité.

Ce weekend, notre évêque confirmera 54 jeunes de notre doyenné dans leur foi en Jésus-Christ dont la Croix est la source réelle, concrète, jamais épuisée, de la fraternité universelle. Ils recevront l’Esprit-Saint répandu dans le monde par la passion et la résurrection de Jésus pour être les artisans de Paix dont notre monde a besoin.

Père Xavier