Paroisse Catholique des MUREAUX

Doyenné de Meulan, Diocèse de Versailles

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

A la deuxième semaine de carême, la liturgie nous invite à l’espérance

Envoyer Imprimer PDF

Abraham espérait avoir une descendance, Dieu la lui promet et parce qu’il croit à la promesse de Dieu, son espérance a été comblée en Isaac.
En fixant la gloire de Jésus lors de la transfiguration, gloire dont il vivra après la passion et la résurrection, nous sommes invités à espérer la gloire de notre propre résurrection.

 

Si nous marchons à la suite de Jésus, c’est parce que Dieu lui-même a placé en nos cœurs l’aspiration au bonheur, et nous croyons que Jésus vient combler cette aspiration.
« Heureux » est le refrain des Béatitudes, lesquelles introduisent « la charte de la vie chrétienne » (St Augustin) que sont les chapitres 5 à 8 de l’Evangile de Jésus selon saint Matthieu. Dieu nous appelle au bonheur de la vie éternelle : l’espérons-nous vraiment ?
Sur terre, nous attendons Jésus qui « transformera nos pauvres corps à l’image de son corps glorieux » (Phi 4,1). Cette espérance fait de nous des « citoyens des cieux », des fils de Dieu sur cette terre.
Comment vivons-nous de l’espérance qui est don de Dieu et qui nous conduit à Lui ? Comment vivons-nous aujourd’hui du désir, du bonheur du Royaume des cieux, de la vie éternelle ?
Le Catéchisme de l’Eglise Catholique dit de l’espérance chrétienne qu’elle est une vertu assumant « les espoirs qui inspirent les activités des hommes, les purifiant pour les ordonner au Royaume des cieux. Elle protège du découragement ; elle dilate le cœur dans l’attente de la béatitude éternelle. »Bref, «l’élan de l’espérance préserve de l’égoïsme et conduit au bonheur de la charité. » (CEC 1818).
Alors que notre pays passe de crise en crise, alors que la perte du sens de l’existence conduit beaucoup de nos contemporains à la dépression, notre espérance en la résurrection de la chair pour la vie éternelle des enfants de Dieu, peut être une aide précieuse pour nous et pour ceux qui nous entourent.

 

Nous pouvons, pour soutenir notre espérance, prier avec l’acte d’espérance :

« Mon Dieu, j’espère avec une ferme confiance que tu me donneras, par les mérites de Jésus Christ, ta grâce en ce monde et le bonheur éternel dans l’autre, parce que tu l’as promis et que tu tiens toujours tes promesses. Dans cette foi, puis-je vivre et mourir. Amen. » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, Abrégé p.263)

père Vianney de Lacotte.