Paroisse Catholique des MUREAUX

Doyenné de Meulan, Diocèse de Versailles

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

TOUSSAINT

Envoyer Imprimer PDF

Aujourd’hui plus que jamais nous vivons dans un monde nouveau : celui que Zygmunt BAUMAN, professeur d’université à Leeds et à Varsovie, à surnommé une « modernité liquide » ce qui prévaut. Ce sont des images, des logos, des symboles et des signes. Nous vivons dans ce qu’on a appelé « une société saturée des symboles ».

 

 

En effet dans ce monde nouveau, l’étrange insistance chrétienne sur le pouvoir des signes pourrait ne pas sembler si stupide. Si nous pouvons discerner les signes d’espoir, alors le monde sera attentif et les transmettra en un instant sur la toile.

 

Le Fête de la toussaint, en cette année, arrive pour un certain nombre d’entre nous comme un moment où toute espérance semble évanouie. Ce qu’il faut savoir, c’est que cette fête fut d’abord au 4ème siècle la fête de tous les martyrs de la terre, elle devient ensuite la fête de tous les justes qui sont au ciel et ce n’est qu’au 8è et 9è siècles qu’elle se répandit comme telle. Autrement dit le symbolisme que veut traduire l’Eglise à travers elle est le signe de la célébration du sacrement de l’espérance. Ce n’est pas seulement un aperçu du futur chrétien, nous espérons la sainteté, c’est-à-dire l’éternité. Mais celle-ci n’est pas ce qui arrive à la fin des temps seulement quand nous serons morts. Elle commence maintenant, chaque fois que nous vivrons de la vie de Dieu. Elle arrive chaque fois que nous surmontons la haine par l’amour, cette espérance signifie permettre à l’éternité de Dieu de traverser les nuages ; maintenant vivre donc dans cette espérance que les saints ont vécus, c’est vivre le moment présent. En cela, nous entr’apercevons le royaume aujourd’hui. Nous avons un avant-goût de la joie à venir dès maintenant. Nous avons besoin de signes qui nous parlent de l’avenir et ce sont les Saints qui, dans notre Eglise, illustrent exactement ce phénomène.

 

Père André